Ils ont choisi l’Angleterre

Choisir l’Angleterre…

Délocaliser son siège social en Angleterre pour ne pas payer de charges patronales, tout en maintenant son activité en France. Dans les Côtes-d’Armor, au moins 200 chefs d’entreprise ont fait ce choix. «En toute légalité», assure le promoteur de ce montage juridique.

La crise, Pascal Michel ne la connaît pas. «Mon chiffre d’affaires augmente tous les ans», se réjouit l’ex-poissonnier de Bégard (22), un grand sourire accroché aux lèvres. Il y a dix-huit ans, cet ancien syndicaliste de la confédération de défense des commerçants et artisans (CDCA) a quitté le monde des criées pour devenir le spécialiste breton de la délocalisation d’entreprises vers l’Angleterre. «J’ai créé plus de 2.000 sociétés limited», revendique fièrement le patron de Setti Ltd, dont le siège social est tout naturellement installé outre-manche, à Torquay. «Les Anglais nous déroulent le tapis rouge. Là-bas, tout est facile. En deux jours, la société est créée», observe-t-il, ravi. Les sociétés limited ? La version anglaise de nos SARL. À ceci près que le gérant ne paie pas de cotisations vieillesse et maladie, pas de CSG, ni d’Urssaf. «C’est parfaitement légal. Ce sont les lois françaises et européennes qui le permettent», affirme l’homme d’affaires, qui voit défiler dans ses bureaux de Saint-Agathon (22) et de la Tour Montparnasse des plombiers, des menuisiers, des restaurateurs ou encore des boulangers.Lire la suite

Du « made in France » basé Outre-Manche

Made in France Outre-Manche

Depuis dix-sept ans, le Guingampais, Pascal Michel, aide les petites entreprises à alléger leurs charges en domiciliant leur siège social en Grande-Bretagne. Rencontre avec ce chef d’entreprise au service des entrepreneurs.

Un garage de la campagne pontrivienne ou un salon de coiffure callacois domiciliés en Grande-Bretagne : c’est possible. C’est même l’activité de la société, Setti Ltd, créée par Pascal Michel à Guingamp il y a dix-sept ans. L’avantage pour ses clients, les chefs d’entreprise, c’est de pouvoir choisir leur régime de protection sociale. Finis la RDS, les cotisations vieillesse, maladie et Urssaf. En revanche, puisque leurs activités se déroulent en France, les employés de ces entreprises domiciliés outre-Manche dépendent toujours du droit français et cotisent donc aux régimes habituels. De même, les impôts sur les bénéfices acquis en France restent dus de ce côté-ci de la Manche.Lire la suite

Setti LTD : cap sur la Pologne

Pascal Michel

Depuis 15 ans, Pascal Michel domicilie des sociétés françaises en Grande-Bretagne. Aujourd’hui, il se lance sur le marché polonais, via l’ouverture d’un call-center.

En 1996, vous avez décidé de domicilier votre société en Angleterre. Pourquoi ?

Poissonnier depuis 15 ans à Bégard, j’en bavais pour payer mes charges. J’ai rencontré des personnes dont les entreprises étaient domiciliées en Espagne, à Madère, etc. En 1996, j’ai traversé la Manche avec deux autres commerçants. Je savais que la législation anglaise était plus souple vis-à-vis des entreprises. Je ne parlais pas anglais, mais j’ai créé une société : News business service limited. Juste pour payer moins de charges.Lire la suite

Le pro des délocalisations : Pascal Michel

Pascal Michel, le pro des délocalisations

Depuis 1996, Pascal Michel a délocalisé quelque 1200 entreprises en Angleterre. En traversant la Manche, les patrons bénéficieraient d’un allégement considérable de charges. À Guingamp, Pascal Michel facilite cette traversée.

Dans certains repas, il préfère dire qu’il est comptable. Cette pirouette lui permet, sans doute, d’éviter des discussions à rallonge avec certains voisins de table allergiques à sa spécialité : la délocalisation d’entreprises.

À 50 ans, Pascal Michel, patron de Setti LTD, avance l’argument financier pour justifier le choix de certains patrons de déménager leur siège social en Angleterre.Lire la suite